Recueillir

l'eau de pluie.

  

Clapiers

    

 

Poules

    

Livres ELEVAGES 

Poulaillers 

 

 

 

...:::  :::...

 

 

 

 

 


 

 

Élevage

Bio

Fait maison

 

Forums

  

 

 

 

Le potager bio. Jardinage.

 

  


            

Nouvelle page 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On oublie souvent que la source d'eau la plus pure se trouve au-dessus de notre tête!

 

 

 

Recueillir l'eau de pluie.

 

Que de maisons, de fermes isolées et encore malheureusement de petites villes perdent la plus grande partie de leur valeur par manque, d'une eau vraiment potable, et cependant partout ou pourrait, avec quelque ingéniosité, recueillir l'eau que le ciel nous envoie en quantité largement suffisante pour subvenir à nos besoins.

Mais encore faut-il que l'eau, ainsi recueillie par les collecteurs naturels que forment les toits de nos maisons, ne soit pas souillée par toutes les impuretés qui s'accumulent sur ceux-ci, entre deux chutes de pluie.

 

 

En général on se contente de faire venir le tuyau de descente qui amène l'eau des gouttières dans un tonneau ou une citerne qui, le plus souvent, sont découverts.

 

L'eau ainsi recueillie n'est pas pure, mais chargée de toutes sortes de corps étrangers qui nuisent à sa qualité.

Pour recueillir une eau pure il faudrait que le début d'une chute de pluie lave les toits, ainsi que les gouttières, avant de recueillir l'eau.

 

Il y a donc lieu de prévoir un système qui automatiquement dirigera les premières eaux vers un bac à eaux sales.

 

Ensuite seulement l'eau pure sera recueillie dans une citerne couverte qui sera tenue dans un état de grande propreté par des nettoyages suffisamment fréquents.

Ceux-ci seront faits dans des périodes de pluies particulièrement rapprochées, ce qui permettra de remplir à nouveau la citerne après vidange et nettoyage.

 

Il existe plusieurs solutions à cet important problème et nous étudierons successivement les différents moyens de recueillir une eau aussi propre que possible.

 

Le premier appareil comporte une sorte de gouttière à bascule qui peut pivoter autour d'un axe et diriger, suivant le cas, l'eau qui vient des toits vers un réservoir d'eau impure ou vers un réservoir d'eau potable.

 

Au début de la pluie, l'eau est envoyée dans le bac à eau sale pour permettre à la pluie de bien laver les toits.

 

Quand ceux-ci sont propres, l'appareil bascule et dirige l'eau vers le réservoir d'eau potable.

Le mouvement de bascule de la gouttière est obtenu automatiquement par l'action d'un flotteur qui est placé dans le réservoir à eau sale.

A mesure que l'eau arrive dans ce réservoir le flotteur monte et, étant relié à la gouttière basculante, à un certain moment il déclenche le mouvement basculant de celle-ci, qui envoie alors l'eau dans le réservoir à eau propre.

 

Voyons comment se fera le mouvement inverse, c'est-à-dire ramener la gouttière basculante vers le réservoir à eau sale.

 

Il faut considérer alors deux hypothèses:

 

1- La pluie cesse pour un court moment et tombe à nouveau.

Les toits sont encore propres, n'ayant pas eu le temps de se salir, l'eau peut donc être recueillie dans le réservoir à eau potable;                       

2- La pluie cesse et quelques jours s'écouleront avant une nouvelle averse.

Dans ce cas les premières eaux devront aller dans le réservoir à eau sale.

 

Pour arriver à ne recueillir que l'eau propre on placera en bas du réservoir à eau sale un robinet qui, bien réglé par exemple, en laissant seulement l'eau s'écouler goutte à goutte ou en un filet plus ou moins grand, permettra de vider le réservoir d'eau sale en un temps désiré, mais inférieur au temps que mettraient les toits à se salir.

 

Naturellement ce temps dépend des circonstances locales: voisinage du chemin de fer, d'une route poussiéreuse, d'une usine, etc.

 

La nature de la toiture est aussi à considérer suivant qu'elle est faite en tuiles mécaniques, en tuiles plates, en ardoises, en zinc ou même en chaume, chacune d'elles ne se salissant pas aussi rapidement.

 

Donc notre robinet vidant le réservoir à eau sale en un temps donné, le flotteur descendra entraînant la gouttière basculante qui reprendra sa position de remplissage du réservoir à eau sale.

 

 

Les figures 1 et 2 montrent le principe d'une telle installation.

 

   

 

 

Dans la figure 1,l e réservoir A est celui d'eau potable.

Le réservoir B est celui d'eau sale.

 

L'eau arrive de la toiture par la conduite C et tombe dans la gouttière basculante D qui est articulée sur des tourillons T.

L'extrémité E de cette gouttière est elle aussi articulée sur un entonnoir F qui est fixé sur un tuyau G plongeant dans le réservoir à eau sale.

Autour de ce tuyau, un flotteur H peut coulisser.

 

Au commencement de la pluie l'ensemble se trouve dans la position de la Fig. 1.

 

A mesure que l'eau sale monte dans le réservoir B, le flotteur s'élève.

Celui-ci pouvant glisser le long du tuyau G sur une certaine longueur, jusqu'à la bague d'arrêt I, le tuyau G ne s'élèvera pas au début de l'arrivée de l'eau, mais seulement après qu'une certaine quantité de pluie emplira le réservoir B ayant nettoyé le toit. 

 

Quand le flotteur buttera sur la bague I, le tuyau G suivra le mouvement d'ascension, de même que la gouttière D qui, à un certain moment, s'inclinera vers le réservoir A.

 

Nous arrivons alors à la position de la Fig. 2 dans laquelle l'eau propre emplit le réservoir A.

 

Le robinet J permettra de vidanger le réservoir B dans un temps donné.

A l'entrée du conduit du réservoir A on placera 1 ou 2 fins tamis qui empêcheront les poussières de pénétrer dans la cuve.

 

 

Voyons maintenant le 2ème moyen de recueillir de l'eau propre en envoyant dans un réservoir à eau sale les eaux qui auront lavé les toits.

 

Dans une cuve fermée par un couvercle et dont l'intérieur forme deux compartiments reliés, l'un à un réservoir d'eaux sales, l'autre à un réservoir d'eaux propres, peut se mouvoir un volet qui, selon sa position, envoie l'eau dans l'un ou l'autre des réservoirs.

 

Ce volet est commandé par une tige à flotteur qui plonge dans le réservoir à eau sale.

 

 

Dans la figure 3, le réservoir B est le réservoir à eau sale.

La conduite A va au réservoir d'eau propre.

 

La cuve à deux compartiments C n'est compartimentée qu'au tiers de sa hauteur.

La volet D est articulé sur la cloison E de la cuve C.

 

 

 

 

 

Ce volet est solidaire d'une tige F fixée à une équerre de renvoi G que commande la tringle H à laquelle est suspendu le flotteur I.

 

 

 

 

 

Ce flotteur peut glisser entre les bagnes d'arrêt J et K que l'on réglera une fois pour toutes de manière que le flotteur ne fasse basculer le volet qu'après avoir laissé une certaine quantité d'eau laver les toits.

 

 

 

 

 

La cuve C est reliée au réservoir B par an tuyau L.

 

 

 

 

 

Un robinet M réglera la vidange de B permettant au volet D de reprendre sa place primitive.

 

 

 

 

 

Dans la figure 3, l'eau sale s'écoule dans le réservoir B, le volet occupant une position verticale.

 

 

 

 

 

 

C'est le début de la pluie, le flotteur I se trouve au fond de B.

 

 

 

Dans la figure 4, l'eau sale ayant fait monter le flotteur I, le volet D a basculé et dirige l'eau propre, à travers un double tamis, dans le réservoir A.

 

 

 

Enfin le troisième système de récupération d'eau se compose toujours d'un réservoir A pour les eaux propres, d'un réservoir B pour les eaux sales.

 

Un bac C formant deux compartiments reliés l'un à B par un tuyau D, l'autre comportant un double tamis et relié à A par le tuyau E.

Dans le bac C un entonnoir F peut basculer autour d'un axe G.

 

La conduite amenant l'eau des toits arrive dans cet entonnoir.

 

Un bras H est fixé sur l'entonnoir.

 

L'extrémité de ce bras est reliée à la tige I du flotteur J plongeant dans le réservoir à eau sale et, par suite du mouvement du flotteur J, quand le réservoir se remplit, l'entonnoir F dirige les eaux de pluie vers l'un ou l'autre réservoir.

 

Un robinet placé au bas du réservoir B permet de vider celui-ci en un temps donné et de ramener l'entonnoir F dans la position de déversement vers le réservoir B.

 

La figure 5 montre l'ensemble de l'installation au commencement de l'averse.

 

 

 

 

 

L'eau est envoyée dans le réservoir B qui est vide, le flotteur étant au fond de B.

 

 

 

 

 

L'eau sale monte dans B ainsi que le flotteur qui glisse le long de la tringle I.

 

 

 

 

 

Quand le flotteur arrive contre la bague de butée K, la tringle I commence à monter et fait basculer l'entonnoir F.

 

 

 

On arrive alors à la position de la figure 6 dans laquelle l'eau propre est dirigée vers le réservoir A.

 

 

Dans cet article nous n'avons donné que le principe des trois appareils de récupération d'eau de pluie.

 

Si nos lecteurs désiraient construire l'un d'eux, nous étudierions dans un prochain article la réalisation pratique avec détails de construction et dimensions à donner à chaque pièce. 

         

Nous attendons donc leurs demandes à ce sujet et nous nous ferons un plaisir d'y donner suite.

 

 Rustica - 11 Novembre 1951

 

 

  

 

  

 

 

 

 

 

 

Elevage des poules

alimentation

Poules

Lapins

Lapins

Pigeons

Pigeons

Canards

Canards

Oies

Oies

                 

Abri de jardin comme poulailler

Environnement

Fraisiers

Incubation

Couveuses

Dindon

Dindon

Escargots

Cochons

Poulaillers

Divers

Cultures

Incubation

Couveuses

                 

Cailles

Abeilles

Animaux de la Ferme

Un peu de tout

Cailles

Moutons

Chèvres

Pintades

Abeilles

Animaux

BIO

Portable